HOMMAGE à BRASSENS

"Chanson Pour Georges"

 

Paroles et musiques Jean Brémond enregistrée à Boulogne Billancourt en 1988. Guitares Jean Brémond/L.Bajata/Claude Gaisne /Contrebasse et Banjo: L.Bajata

 



Qu'il pleuve du bleu qui tâche
Il n'a plus le même goût
Et son absence me gâche
Mais il reste peu et prou.
Je crierais bien mort aux vaches
Mais de cela je me fous
Tout autant que des ganaches,
Des croquants et des grigous
Tout autant que des ganaches,
Des croquants et des grigous.


Si j'allais aller à la fontaine,
Reverrais-je cette enfant
Que tu couvris d'un poème
Pour la préserver du vent.
Passe Jeanne comme Hélène
Les fossoyeurs sont à bout,
Trop de sueur, trop de peine,
Quand la terre garde tout,
Trop de sueur, trop de peine,
Quand la terre garde tout.


 

De l'humour à la moustache,
Un accent bien de chez nous,
Le beau langage sans tâche
Avec la tendresse au bout :
C'est ainsi que tu me restes
Et que m'importe après tout
Si la mort, cette bougresse,
A mis ta guitare au clou,
Si la mort, cette bougresse,
A mis ta guitare au clou.

 

 

Mais je te sais coeur fidèle,
Honorant ses rendez-vous
Demain j'ouvrirai mes ailes
Partirai je sais bien où
Retrouver maître Villon,
Pâquerettes et matous,
L'Auvergnat, le vieux Léon
Et ton petit cheval fou,
L'Auvergnat, le vieux Léon
Et ton petit cheval fou.