VOTONS ...
LES ÉLECTIONS

Fernand Clas

LES ÉLECTIONS


V'là qu'errive les élections
Voit qu' fleurissont les bell' proumesses,
A l'ébri des réunions.
Il temps des poignies d' mains, des largesses.
L' temps des cigar's de sénateurs.
Toutes les fleurs de l'èlouquence
Nous anguirland'ront... d' mots flatteurs.
~ C' qu'on dit a si peu d'importance ! ~
On coummenc'ra, ben entendu,
Pa' s'agouniser de sotties,
On s'eppeul'ra : Voleur, vendu.
Pis, pou' continuer les bêties,
Eprès s'étr' ben ègousillè
A di' qu' soun idée est la seule,
Au grand nom de la Liberté,
On s' foutr'a des top' su la gueule.
Les pè'es s' fâch'font aveuc leu gas,
Les parents s' front entre eux la mine
Pou des chou's qui comprenront pas,
Mais qui crouéront, tant on feu s'fine.
L' candidat ira de biaux discours,
Pourt'ra partout la bounn' parole.
Quand il entrera dans eun' cour,
La vieill' girouett', joyeux symbole
Qu'est su' l' fin fait' du bâtiment,
Pou li souhaiter la bienv'nue
S' mettra à tourner en grinçant
Et c' bruit li dounn'ra la berlue.
I' proumettra tout c' qu'on voura :
Des bell' rècolt', la lègum' chère,
Des bounn' plac', des bureaux d' tabac,
Tout l' monde' rentier ou fonctionnaire.
L' souer, ben tard, quand i' rentrera
Cheux lui, èpoustiflè, minable,
I' trouv'ra qu'à fai'e c' métier là
C'est ben peu d' choue qu' soixant' mill' balles
Ah ! L bon temps qu' c'ti des élections,
Les verr's sont prêts, les bouteill' pleines ;
C'est des frairies, des libations,
Qu' durant pendant tou' eun' quinzaine.
Les uns couront les alentours
En laissant d' coûté leu charrue,
Les aut's se soûlont tous les jours,
S' poustégeont, braillont dans la rue.
Et, d'vant c'te bande de bons soûlauds
Qu s' remplissont d' vin la carcasse,
L' député soulév' son chapeau :
C'est l' peuple souverain qui passe !...